AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 DANGER: a lire absolument!!!!!!!!!!!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kanel*Admin*
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 100
Age : 28
Localisation : devant mon PC
Date d'inscription : 26/02/2006

MessageSujet: DANGER: a lire absolument!!!!!!!!!!!   Lun 7 Mai - 20:09

Un sabot sain pour une vie saine
Les clés pour la santé optimale du cheval - Réhabilitation du
cheval sportif non ferré après boiterie

Dr. médecin vétérinaire Hiltrud STRASSER
Traduit et édité par Dr. médecin Kai W. STENSROD et Dr médecin
vétérinaire Gregory GHYOROS
Livre édité en octobre 2003, aux éditions KWASTEN Walter Stenrod
"Salat-Haut" 47500 Fumel - France

Ce livre a été une révélation pour moi. Grâce à son auteur, j'ai
pu comprendre la souffrance qu'éprouvent les chevaux ferrés. Le fer à
cheval est un vestige du Moyen Âge qui torture des millions de chevaux
simplement parce que culturellement les propriétaires des chevaux n'ont
pas compris comment fonctionnent leurs sabots. Je ne résiste pas à vous
en dire davantage pour que les chevaux puissent vivre une vie plus
saine.

La plupart des problèmes de santé et de boiterie touchant les
chevaux domestiques sont les conséquences directes de violations de leur
cadre de vie naturel, par l'homme. Ils peuvent être prévenus ou guéris
par la suppression de la cause et un retour à une vie plus naturelle.

Pour la suite, je me propose de répondre à des questions en
m'appuyant sur des paragraphes présents dans le livre de Mme STRASSER.

Pourquoi a-t-on commencé à ferrer les chevaux ?

La recherche historique montre que la ferrure avec des clous a
été introduite en Europe au début du Moyen Age. Au VIème siècle, quand
on construisait des châteaux sur les sommets des collines, il n'y avait
que peu de place pour les chevaux. Ils étaient enfermés dans des petites
étables où ils stagnaient dans leurs excréments. Les sabots souffraient
de mauvaise circulation par manque de mouvement. La qualité de la corne
souffrait, les sabots étaient affaiblis par l'ammonium (composé issu de
l'urine), et n'étaient plus capables de résister à l'usure portée par
les surfaces rocheuses. C'est alors qu'on a inventé le ferrage comme un
remède.

C'était les chevaux des Princes et des Chevaliers habitant les
châteaux qui étaient ferrés pour protéger leurs sabots contre l'usure
excessive. Les chevaux des vassaux ou des pauvres n'avaient pas, ou
n'avaient pas besoin de fers. Mais les "jouets" utilisés par les riches
et les nobles sont toujours convoités par des gens ordinaires, c'est
dans la nature humaine. C'est pourtant des cavaliers sur chevaux non
ferrés qui entreprirent les Croisades !

Comment ferre-t-on les chevaux aujourd'hui ? Quelle est la conséquence ?

En général, le propriétaire européen agit de la manière
suivante : Le jeune cheval est ferré et monté à l'âge de 3 - 5 ans, puis
utilisé avec succès pendant quelques années. Puis, apparaît une
boiterie. Le cheval est traité par le vétérinaire et vu par le
maréchal-ferrand. Il est mis au repos plusieurs semaines au box. Il est
à nouveau ferré, il est monté pendant quelques semaines ou mois. La
boiterie réapparaît et le cycle infernal commence. Quand on a répété le
cycle 3 à 4 fois, avec la boiterie plus prononcée à chaque fois, le
cheval a en moyenne 8 à 10 ans. A ce moment le vétérinaire va le
considérer incurable et suggère qu'on l'abatte. Le propriétaire trouve
malheureux, encore une fois, d'être tombé sur un cheval en si mauvaise
santé...

Quelles sont les conséquences négatives du fer à cheval ?

* Le fer protège la paroi du sabot contre l'usure, mais elle devient
vite trop longue.
* Les vibrations du métal ont des effets néfastes, pas totalement
expliqués.
* La fixation du fer contrarie l'expansion, gène l'absorption des
chocs.
* La fixation gène la pompe sanguine vitale pour le chorion.
* Il y a pincement des tissus dans le sabot, gênant le métabolisme.
* Le fer provoque des stress anormaux sur les ligaments et les
articulations.
* Le fer provoque des écrasements et des contractions.
* L'atteinte à la circulation ouvre la porte aux micro-organismes.
* Le fer amplifie les forces centrifuges, ce qui dénature l'allure
du cheval.
* Les clous créent des trous dans la boîte cornée. Des trous qui ne
se referment pas une fois les fers enlevés, ce qui laisse une porte
d'entrée à l'ammonium.
* Les clous réalisent un pont thermique entre la boîte cornée et le
fer (froid). La température et le métabolisme de la boîte sont réduites.
* Le métal perturbe les méridiens et les champs électriques.
* Le fer augmente les risques de blessures pour lui même, envers les
autres chevaux, mais aussi les hommes, et détériore le terrain.
* Le fer perturbe les fonctions de traction du sabot. Le cheval
ferré est désavantagé sur le bitume mouillé et sur la neige ou la glace.
* La ferrure "orthopédique" est aussi nocive qu'un ferrage
classique.
* La ferrure empêche le développement du sabot du jeune cheval.
* La ferrure contrarie la fonction neuronale du pied.

Bref, le fer est un engin de torture qui n'a qu'une seule
fonction : faire souffrir l'animal sans remettre en cause ses conditions
de vie, dont le modèle est celui des châteaux forts du Moyen Âge.

Toutes les conséquences négatives du fer aboutissent à une
réduction importante de l'espérance de vie d'un cheval qui devrait
normalement se situer entre 32 et 40 ans.

Le nombre de chevaux boiteux et qui sont abattus pour cette
raison est bouleversant. une étude faite par des compagnies d'assurance
en Allemagne entre 1984 et 1994 a montré que le pourcentage des chevaux
mis "hors service" à cause de problèmes locomoteurs étaient de 46.8 à
55.9 %. Une autre étude en 1993 - 1995 recherchait la perte, ce qui
inclut mort et euthanasie; elle concluait que 83% des cas étaient dus à
des problèmes locomoteur. Dans une population de 600 000 chevaux en
1994, pas plus que 11% avaient dépassé l'âge de 14 ans. C'est cette
situation alarmante qui a poussé le Dr STRASSER à étudier en profondeur
les causes de boiterie, qui, de surcroît, se retrouve dans les écuries
les plus professionnelles du monde.

Quelles sont les fonctions du sabot ?

* Protection : la boîte cornée protège les structures internes du
sabot contre les changements de température et des forces mécaniques
externes, tout en laissant au cheval une sensation aiguë du sol où il
marche.
* Traction : par sa forme et sa structure, la boîte cornée assure
une bonne prise sur tous les terrains, surfaces humides et glace inclus.
L'expansion et la contraction du sabot, à chaque pas, empêche
l'accumulation de neige ou de boue sous la sole.
* Absorption de chocs : la boite cornée absorbe 70 - 80 % de
l'énergie d'impact par la déformation (expansion) réversible. La
compression des tubules cornés spiralés, l'étirement de la corne
laminaire et des lamelles, et l'effet "ressort à lame", assuré par
l'alignement des os du pied, complètent l'absorption des chocs.
* Aide au coeur et à la circulation par effet de pompage : la boîte
cornée agit comme une pompe par son élasticité. Elle s'élargit à l'appui
et se contracte au relevé, ce qui crée une action de pompage au niveau
du podophyle. L'action cardiaque est supportée à chaque pas par ces
mouvements qui remontent le sang vers le haut.

Quelles conditions faut-il réunir pour ne pas avoir besoin de ferrer un
cheval ?

Pour ne pas avoir besoin de ferrer un cheval, il faut construire
autour de lui un environnement favorable, un environnement qui se
rapproche le plus possible de ses conditions de vie naturelles et
originelles.

La première des choses est de considérer qu'un cheval est fait
naturellement pour marcher 25 km par jour. Tout enfermement dans des box
ou des parcs de petites dimensions nuit à la santé du cheval. Pour
reproduire les conditions naturelles, il convient d'inciter les chevaux
au mouvement. Pour y arriver, on peut mettre en place un parcourt entre
le point d'eau, le point où les chevaux viennent manger du foin (répandu
par terre et surtout pas à hauteur d'homme) et le point où les chevaux
viendront au contact de leur propriétaire pour venir chercher une
récompense. Le schéma classique où le cheval dispose d'un champ carré
avec dans un coin réunis au même endroit l'accès à l'eau, le foin et les
humains, est typiquement le mauvais exemple de ce qu'il faudrait faire.
On peut faire pire en pratiquant l'enfermement de ces animaux adaptés
aux grands espaces dans des box de petites dimensions. De même il faut
bien comprendre qu'un cheval est un animal grégaire. Il a besoin du
contact d'autres chevaux. Entre eux, ils se stimuleront pour se déplacer
davantage.

Il faut s'assurer qu'en plus de la possibilité de mouvement, le
cheval pourra rencontrer sur son parcourt des conditions de sol
différentes. Il faut absolument que les sabots soient exposés
régulièrement à l'eau. L'idéal est d'imposer aux animaux le passage d'un
ruisseau pour aller pâturer. Il faut éviter que les sabots soient en
contact prolongé avec de la paille imbibée d'urine. L'ammonium attaque
sévèrement la corne. Il faut que les chevaux puissent avoir accès à une
surface dure pour user leurs sabots et ainsi favoriser la pousse d'une
corne plus dure, susceptible ensuite de résister à l'abrasion prolongée
du bitume. Comme vous l'avez peut être lu sur une autre partie du site
rédigé par mon papa, un cheval attelé qui perd un fer peut user toute sa
corne en seulement 4 km en marchant au pas sur du bitume. C'est tout à
fait compréhensible dans la mesure où le fer empêche une pousse rapide
de la corne. D'autre part, comme celle-ci n'est plus habituée à
l'abrasion, elle est beaucoup plus tendre que la corne des chevaux ayant
toujours vécu dans des conditions naturelles optimales.

Le Dr STRASSER explique dans le détail toutes les conditions
favorables pour que le cheval ait une vie saine. Si toutes ces
conditions sont réunies, vous n'aurez pas besoin de vous occupez de
leurs sabots. La corne sera suffisamment dure pour que vous montiez vos
animaux sur de longues randonnées.

Depuis combien de temps connaît-on les méfaits du fer à cheval ?

Dans son "Guide to the Shoeing-Forge" (Guide pour la forge)
publié autour de 1830, Bracy Clark (vétérinaire et activiste pour les
droits des animaux) réprouve l'art du ferrage de son temps, en prenant
exemple sur les chevaux d'autres pays :

"Les beaux petits chevaux de Suède et de Norvège voyagent
souvent à la vitesse de dix, douze et même quatorze miles à l'heure (16
à 23 km/h), avec une gaieté et une vivacité jamais vu dans nos chevaux
de la Poste... Les chevaux des Caraïbes voyagent tranquillement sur les
terrains caillouteux de ces régions, comme tous les chevaux d'Amérique
du Nord et du Sud. On les admire pour leurs allures saines, (...) encore
pour tous ces chevaux, la grâce du ferrage est joyeusement inconnu...
Laissez ces faits pénétrer dans l'esprit de tous ceux qui
montent les chevaux mutilés et infirmes de ce pays. faites taire ces
vantards quand ils racontent leurs faits, et quand on voit les routes
gorgées de destriers mutilés de leur création, sans pied, toujours
trébuchant, faisant des faux-pas, culbutant, avec des mors en fer dans
leur bouche, cela pour diminuer ou détourner l'appréhension de la
douleur dans leur pieds... Tout est causé par leur art glorieux, rendu
encore plus destructeur par la folie qui ne lui appartient pas
nécessairement.
Il va être difficile de faire croire à la postérité que de
telles folies étaient commises par des maréchaux-ferrants, que ses
conséquences ont été exposées, expliquées et complètement prouvées, mais
réfutées pendant presque 20 ans, même si le Collège Vétérinaire existe,
jamais n'ont été entamée les démarches pour prévenir ou diminuer ce mal
flagrant... !"

Pourtant, tel était, et tel est toujours le cas, 200 ans plus
tard. Le ferrage est une pratique tolérée. D'innombrables chevaux
souffrent et meurent de boiteries qui pourraient être prévenues, voire
guéries.

Pour terminer, M. Clark remarque que "Le courage naturel de
l'animal à endurer la douleur sourde à laquelle il est habitué, la peur
de la punition, et la récompense d'un repas à la fin des efforts, tout
tend à le rendre moins sensible. Même son existence va être reniée."

Si vous aimez les chevaux, faites tout pour qu'ils n'aient pas
recours à cette béquille moyenâgeuse qu'est le fer à cheval. Je vous
conseille la lecture et la mise ne application de ce livre à la portée
humaniste. Comme je serais moi aussi bientôt en compagnie des chevaux,
je fais voeux de tout faire pour ne pas recourir à la ferrure. Mon gros
soucis est mon désir d'amener sur le marché les légumes que nous
produirons avec une roulotte tirée par des chevaux ou poneys. Je ne
connais pas la réelle résistance des sabots préparés à l'abrasion du
bitume. Si j'ai seulement 5 kilomètres à parcourir deux fois par
semaine, je pense que cela sera tout à fait abordable. Mais si j'ai
plus, il faudra probablement travailler avec davantage de chevaux qui
alterneront dans les trajets. Et si vraiment la ferrure devenait la
seule solution, je pense que je laisserai tomber cette belle idée que
serait le transport des légumes avec les animaux qui nous aideraient à
les produire, en me rabattant sur le transport par des moyens motorisés.

Eric Souffleux

Pour poursuivre vos investigations sur le web :

http://achevalpiedsnus.free.fr/ Site comportant de nombreuses photos
montrant les soins que l'on peut apporter aux sabots des chevaux.

http://www.paragenaturel.org/ Site de l'Association Française pour
le Parage Naturel.

http://sabotsnus.free.fr/ Un site très bien fait qui reprend tous les
points abordés ici.

http://www.equinextion.com/quinextionpourlechevalquotnaturellementquot/

http://www.cheval-sans-fers.com/

http://lebreak.dyndns.org/ Un site génial avec beaucoup de photos qui
valident la solution cheval pied nu. Il y a même un poney qui est mort à
l'âge de 50 ans !

http://www.equi-libre.fr/eleva.htm Les cavaliers des cimes. Pour faire
des balades en montagne sur des animaux sans fers, sans box, sans
mord...

http://www.poney-boisguilbert.com/ Un éleveur de poney Shetlands et
Islandais tous pieds nus. Des photos grandioses, magiques !

http://www.hufklinik-strasser.de Comment devenir spécialiste de soins
de sabot ?

_________________
"Ce qui est arraché par la force et sans compréhension n'est jamais beau."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/poneyclublepegase
 
DANGER: a lire absolument!!!!!!!!!!!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ALERTE GRAVE IL FAUT LIRE ABSOLUMENT
» A LIRE ABSOLUMENT!!!
» un article a lire absolument
» Histoire drôle a lire absolument! les idiot sont parmi nous!
» Bidons de carburant en métal !!! à lire absolument....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Poney Club Le Pégase :: Forum :: Ferrage des chevaux: DANGER-
Sauter vers: